EPICONDYLITE OU TENNIS ELBOW

FINALLIGNE

Dr MARC JUVENSPAN

Institut Français de
Chirurgie de la Main

5 rue du Dôme
75116 PARIS
Tel : 01 53 65 53 53

Clinique La Montagne

53, rue Victor Hugo
92400 COURBEVOIE
Tel : 01 47 89 46 36

L’épicondylite appelée également tennis elbow, est une inflammation douloureuse des tendons 
du coude. L’épicondyle est une région anatomique (petite bosse palpable) située sur le bord externe du coude, zone d’insertion des tendons extenseurs des doigts et du poignet (qu’on appelle court et long extenseur radial du carpe et extenseur commun des doigts).
Ils permettent surtout l’extension du poignet et
des doigts et la supination (le mouvement de tourner la main vers l’extérieur).
Ces tendons sont très sollicités dans la vie quotidienne et dans la pratique sportive comme le tennis. Ils finissent par s’user, s’abimer et s’inflammer et provoquer des douleurs.

photo-eic281picondylite-1

photo-eic281picondylite-2

SIGNES CLINIQUES

Il s’agit surtout de douleurs au niveau de la petite bosse sur le bord externe du coude.

Les douleurs sont provoquées par les mouvements d’extension contrariés des doigts et du poignet (par le fait de relever les doigts et le poignet contre résistance) et par les mouvements de supination contrariés (par le fait de mettre la paume vers le ciel contre résistance).

La douleur est également provoquée par la palpation de cette petite bosse externe.

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

Le diagnostic d’épicondylite du coude est un diagnostic clinique. Nul besoin de faire des examens complémentaires. Toutefois dans certains cas, il est possible de demander une radiographie standard du coude, une échographie voir une IRM. L’IRM va confirmer la présence d’inflammation au contact de l’insertion des tendons au niveau du bord externe du coude. L’IRM est parfois source d’inquiétude en montrant des tendons abimés ou rompus alors que cela n’a pas d’incidence thérapeutique.

TRAITEMENT

Il faut bien entendu mettre au repos le coude et arrêter ou diminuer les sports ou activités provoquant les douleurs (diminuer la fréquence des entraînements ou envisager un poste aménagé au travail).

Les prescriptions d’antalgiques et d’anti-inflammatoires sont souvent efficaces.

Cela peut être associé à des séances de rééducation pendant lesquelles le kinésithérapeute peut utiliser de la stimulation électrique ou d’autres procédés permettant de soulager les douleurs.

En cas d’inefficacité de ces traitements, on peut avoir recours à l’infiltration d’hydrocortisone, inflammatoire puissant injecté au niveau de l’épicondyle localement.

Les résultats sont parfois spectaculaires mais les douleurs peuvent malheureusement récidiver après quelques semaines ou mois.

La chirurgie n’est à réserver qu’aux patients ayant essayé tous les traitements y compris une période de repos de quelques mois et souffrant encore quotidiennement.

Il consiste en l’excision (c’est à dire l’ablation) des tissus inflammatoires au niveau de l’insertion des tendons épicondyliens sur l’humérus et en l’allongement de ces tendons d’insertion pour soulager les forces de traction qui s’exercent à ce niveau.

photo-eic281picondylite-3